Les dossiers d'inscription sont à remettre directement au coach, afin que ce dernier vérifie tous les documents avant validation.

Pour toute question ou demandes de renseignements merci de nous contacter uniquement par mail via cette adresse svp:

eiffelbasketclub@gmail.com

 

Actualités

A la rencontre de Julien et Thomas, coachs EBC

 

- Salut Thomas, salut Julien, racontez-nous votre passé basket (entraîneur et/ou joueur) en quelques phrases.

 

Julien : Après 6 années de handball durant mes années collège/lycée, j'ai véritablement découvert un peu par hasard le basket à 17 ans en regardant un match NBA des Spurs. Du jour au lendemain, j'en suis tombé amoureux et je ne l'ai plus jamais quitté, regardant chaque match de ma nouvelle équipe favorite et écumant les playgrounds de ma banlieue parisienne avec des amis. L'envie d'être coach me poursuivant depuis tout petit, j'ai contacté le club en juillet dernier et le feeling est tout de suite passé !

 

Thomas : C'est mon père qui m'a initié au basket, il en faisait beaucoup étant jeune. Je m'y suis mis sérieusement à 13 ans à Eiffel. J'ai fait 2 ans en minimes avec Thomas Gualandris (dont vous avez peut être lu l'interview). Puis j'ai continué à jouer à Eiffel quelques années. J'avais moi aussi cette envie d'être coach depuis longtemps, et j'avais pu l'être dans un camp d'été de basket pour jeunes aux États Unis, donc j'étais très content d'avoir de nouveau cette opportunité.

 

- Qu'est ce que vous aimez en particulier à Eiffel ?

 

Julien : Après quasiment un an dans le milieu, je peux clairement dire que je n'aurais pas pu trouver mieux : une équipe humble, impliquée, passionnée, et qui tire dans le même sens. J'adore le fait qu'il y ait un vrai projet club avec une vraie vision, et c'est très stimulant d'y participer pleinement, parfois même au-delà de simplement coacher mon équipe !

 

Thomas : Oui, le projet club c'est vraiment ce qu'il y a d'excitant ! Quand j'étais en minimes on avait en fait deux coachs Thomas et Julien ! Ça m'a beaucoup amusé de voir que 8 ans après Julien et moi allions reprendre les minimes, c'est en quelque sorte la relève. Je trouve que cette anecdote résume bien l'esprit EBC.

 

- Votre objectif pour la fin de saison ?

 

Thomas : Je suis à l'étranger pour mes études pour la deuxième partie de la saison. On parle presque tous les jours avec Julien et il me tient bien informé mais je le laisse répondre à cette question !

 

Julien : Gagner la D3, et confirmer la belle progression des gars fin mai en rencontrant des équipes de D1 et/ou D2 qui nous avaient battues sèchement en brassage.

 

Thomas : Oui, ça ferait vraiment plaisir !

 

- Des points de satisfaction jusqu'à maintenant ?

 

Julien : La progression collective globale qui nous permet de perdre un match de 8 points il y a deux mois et de le gagner maintenant de 30 points avec les mêmes joueurs et contre la même équipe. Je citerais aussi la progression individuelle de certains joueurs, notamment certains qui débutaient le basket en club en septembre.

 

Thomas : Oui, sur le plan collectif et individuel, il y a de quoi être fier.

 

- Des choses que l'équipe doit encore bosser dans les semaines à venir ?

 

Julien : Tout est encore à peaufiner, mais si je devais choisir, je dirais le confort des joueurs dans notre forme de jeu offensive avec plus de mouvement et d'agressivité ainsi que notre défense collective où nos aides à l'opposé sont parfois trop lentes à venir.

 

Thomas : Il faut aussi constamment retravailler les fondamentaux vus au début pour ne rien oublier.

 

- Un(e) coach connu qui vous inspire ?

 

Julien : Gregg Popovich. C'est pour moi le modèle à suivre tous sports confondus en termes de longévité et de réussite. Cela va même plus loin que le basket avec l'alchimie collective qui se dégage de son équipe chaque année grâce à une culture et des valeurs Spurs très fortes ainsi qu'un projet de jeu qui s'adapte aux forces en présence.

 

Thomas : Avec Julien, on s'est rendu compte qu'on avait la même vision du basket et la même équipe préférée : les San Antonio Spurs. On s'est tout de suite très bien entendu. Du coup le coach qui m'inspire est aussi Gregg Popovich, il a une philosophie vraiment super et je rejoins ce qu'a dit Julien.

 

- Un(e) joueur/joueuse connu(e) que vous adoreriez coacher ?

 

Thomas : Manu Ginobili, un des plus grands compétiteurs de tous les temps ! Ce qui m'impressionne c'est qu'à 40 ans et avec 19 saisons dans les jambes, je le vois encore serrer le poing avec passion à chaque fois que son équipe marque. Il a une telle volonté de gagner, c'est juste incroyable et ça se voit sur le terrain, il donne tout !

 

Julien : Tim Duncan avec tout ce qu'il peut représenter : l'humilité, le travail, la persévérance et l'altruisme. Ses qualités de leader et sa capacité à se mettre au service de son équipe quoi qu'il arrive malgré son statut d'immense joueur m'inspirent énormément. Après, je suis également obligé d'adhérer à ce que dit Thomas sur Ginobili !

 

- Une devise/citation qui vous inspire ?

 

Thomas : On entend souvent : "La meilleure defense c'est l'attaque". J'aime mieux son opposé : "La meilleure attaque, c'est la défense"

 

Julien : “You can’t always be the most talented person in the room. But you can be the most competitive” – Pat Summitt

A la rencontre d'Elsa, coach EBC

 

- Salut Elsa, raconte-nous ton passé basket (entraîneuse et/ou joueuse) en quelques phrases.

 

J’ai commencé le basket en CM2 avec Cindy (la présidente) dans un petit village en Normandie, il y a donc à peu près 20 ans. J’ai joué en départ et région et fait quelques sélections du Calvados. On faisait les déplacements avec notre coach en Kangoo, on rigolait bien et on gagnait tout :) que de bons souvenirs. J’ai commencé le coaching il y a 2 ans avec les cadettes d’Eiffel.

 

- Qu'est ce que tu aimes en particulier à Eiffel ?

 

L’ambiance conviviale, l’esprit familial qui me rappellent indéniablement l’esprit de mon club de province d’origine (ASVD Douvres ✌).

 

- Ton objectif pour la fin de saison ?

 

Championnes de Paris bien sur !

 

- Des points de satisfaction jusqu'à maintenant ?

 

Un groupe motivé, qui a envie de progresser

 

- Des choses que l'équipe doit encore bosser dans les semaines à venir ?

 

Les passes, la défense indiv, l’adresse, l’exécution de ce que l’on sait faire et la combativité dès le début du match, beaucoup de choses donc.

 

- Un(e) coach connu(e) qui t'inspire ?

 

Ettore Messina assistant de Popovich chez les Spurs pour avoir eu la chance de l’avoir en colloque d’entraineurs pendant l’Eurobasket 2015.

 

- Un(e) joueur/joueuse connu(e) que tu adorerais coacher ?

 

Marine Johannès parce qu’elle a vraiment un basket intéressant et beau à voir, gros potentiel, et puis elle vient aussi du Calvados :)

 

- Une devise/citation qui t'inspire ?

 

« Talent wins game, but teamwork and intelligence wins championship » M. Jordan

 

A la rencontre de Grégoire, coach EBC

 

- Salut Grégoire, raconte-nous ton passé basket (entraîneur et/ou joueur) en quelques phrases.

 

J’ai commencé le basket à l’âge de 4 ans à Brest grâce à mon père. A côté de sa carrière militaire, il jouait au basket en Nationale 2 et m’emmenait partout avec lui. Depuis, je n’ai pas cessé de jouer sauf une année pour une blessure au dos. J’en suis donc à 23 saisons pendant lesquelles j’ai joué à tous les niveaux (Départementale, Régionale, Nationale 3) et où j’ai tenté d’intégrer le centre de formation d’un club normand pour devenir professionnel (mon rêve à l’époque). Faute de talent et doté d’un physique trop juste, j’ai rebroussé chemin pour continuer mes études. Un mal pour un bien puisque j’ai pu jouer en Région et Nationale 3, entrainé par Patrick Haquet (joueur de l’ASVEL entre 1979 et 1983 aux côtés du célèbre Jacques Monclar). Pas de réelle expérience de coaching si ce n’est dans mon petit club de province en Normandie (Benjamins et minimes) que j’ai quitté pour rejoindre Paris il y a 7 ans.

 

- Qu'est ce que tu aimes en particulier à Eiffel ?

 

Il s’agit de ma première année à Eiffel. J’ai auparavant joué au Stade Français et à Championnet. J’ai retrouvé cet esprit familial que j’avais perdu en quittant mon petit club de province. J’ai failli arrêter le basket juste avant de faire un essai au club car à Paris, en général, le basket se consomme et ne se partage pas. Ce que je vois au club me plaît énormément, chacun participe à son niveau et cela donne vraiment envie de s’investir malgré des emplois du temps pas toujours faciles à gérer… le tout boosté par une équipe dirigeante jeune, dynamique et très disponible.

 

- Ton objectif pour la fin de saison ?

 

Après une poule de brassage où nous avons manqué l’occasion de jouer en D1 et viser une montée en région, nous sommes sur une très bonne dynamique. 6 victoires lors des 6 matchs de la phase « aller » (1ère attaque et 2nde défense). L’objectif est double pour la fin de saison : rester 1er invaincu en finissant 1ère attaque et 1ère défense du championnat. Le seul problème c’est que j’ai parié juste avant cette phase « aller » un menu dans un fast-food à chacun des joueurs en fin de saison si nous y arrivons. Il semblerait que mes joueurs tiennent à ce que je craque mon PEL.

 

- Des choses que l'équipe doit encore bosser dans les semaines à venir ?

 

La défense et l’application (passes et shoots). Mes coachs m’ont toujours rabâché que la première attaque c’était la défense. Moins ton adverse marque de points, plus tu as de chance de gagner… ce qui paraît logique. C’est ce que j’aimerais que mes joueurs retiennent avant tout. Nous sommes encore un peu naïfs sur certaines séquences. Je demande beaucoup d’effort aux joueurs (sûrement même plus qu’à moi-même quand je joue). Ce qui est dommage c’est qu’ils répondent présents lorsque l’équipe adverse revient à 4 points, alors que nous menions de 15 points 5 minutes avant (relâchement en défense / manque d’application en attaque). L’attaque est l’un des points à améliorer. Trop de passes approximatives ou de shoots forcés. Nous nous sommes également trop souvent basés sur un seul et même joueur qui inscrivait entre 30 et 40 points par match. Depuis quelques matchs, les autres joueurs se réveillent et prennent de plus en plus d’importance dans le collectif. Ce sont des joueurs soit débutants soit avec de très belles qualités individuelles mais qu’ils cachaient lors des matchs par timidité, peur de mal faire. L’équipe fonctionne mieux, ce qui nous permet de gagner par de plus grands écarts (+20 et +35 sur les deux derniers matchs) et de faire tourner.

 

- Un(e) coach connu(e) qui t'inspire ?

 

Bozidar Maljkovic, le sorcier serbe ! Quadruple vainqueur de l’Euroligue (sur 7 Final Four) dont une avec le CSP Limoges en 1993, il fut également élu entraîneur européen de l’année en 1989, 1990, 1993 et 1996. Il fit des passages remarqués dans des clubs renommés comme l’Etoile Rouge de Belgrade, le FC Barcelone, le Panathinaikos ou encore le Real Madrid. Il coache à la serbe, demande beaucoup à ses joueurs et est un fin tacticien.

 

- Un(e) joueur/joueuse connu(e) que tu adorerais coacher ?

 

Hervé Dubuisson, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du basket français (meilleur marqueur de l’histoire de la Pro A) doté d’une adresse exceptionnelle et d’une détente prodigieuse. Je cite également Antoine Rigaudeau que j’ai suivi lors de ses saisons au Virtus Bologne (j’ai son maillot). Palmarès incroyable et une finale olympique magnifique perdue contre Team USA aux JO de Sydney 2000 (perdue 75-85). J’ai encore en tête le « Il est loiiiiiiin Rigaudeauuuuuuu » de Georges Eddy sur un de ces shoots à trois points nous ramenant à quelques points des américains. Un match fantastique que nous avions suivi en famille.

 

- Une devise/citation qui t'inspire ?

 

« Plus dur est l’entraînement, plus facile sera le match », Bozidar Maljkovic

A la rencontre de Guillaume, coach EBC

 

 

- Salut Guillaume, raconte-nous ton passé basket (entraîneur et/ou joueur) en quelques phrases.

 

J'ai commencé le basket vers 8 ans et ai continué jusqu'à 23 ans, principalement au niveau régional, avant de me blesser sérieusement et donc de me reconvertir. Je coache à Paris depuis, principalement sur le secteur féminin, en seniors comme en jeunes ! Ce sport est ma passion depuis toujours :)

 

- Qu'est ce que tu aimes en particulier à Eiffel ?

 

Le fait qu'il y ait un réel projet sur le secteur féminin, avec des moyens identiques au secteur masculin, ce qui reste extrêmement rare. L'ambiance et la vie de club sont probablement les meilleurs que j'ai connu à Paris, et me rappellent ma province natale :) Enfin j'apprécie l'efficacité et l'humilité de l'équipe dirigeante !

 

- Ton objectif pour la fin de saison ?

 

L'objectif initial fixé par le club, à savoir le top 3. Il reste atteignable aujourd'hui bien qu'on ne soit plus en position de force. J'aimerais aussi qu'on parvienne à intégrer plus de jeunes à nos entrainements seniors, et à terme à l'équipe qui a besoin de renouvellement.

 

- Des points de satisfaction jusqu'à maintenant ?

 

Un groupe agréable à entrainer, et des résultats en hausse par rapport à l'an dernier. Humainement et sportivement de belles découvertes, et des éléments prometteurs pour l'avenir.

 

- Des choses que l'équipe doit encore bosser dans les semaines à venir ?

 

On a fait le pari une fois la première place hors de portée d'être plus ambitieux sur notre plan de jeu, et c'est pour l'instant un échec. On a du mal à imposer notre rythme, et à rester à fond pendant 40 minutes.

 

- Un(e) coach connu(e) qui t'inspire ?

 

Alors connu je dirais actuellement Donnadieu en France, et sa capacité à s'adapter chaque année à son effectif qui change. De la même façon, ce que font actuellement Kerr et Stevens en NBA m’impressionnent. Moins connu mais plus inspirant car j'ai l'occasion de travailler avec lui au quotidien : Laurent Goodrige, du Paris Basket 18, une référence pour moi en termes de niveau d'exigence et de précision technique.

 

- Un(e) joueur/joueuse connu(e) que tu adorerais coacher ?

 

Evidemment Jordan, pour sa capacité à se surpasser, son esprit de compétition exacerbé et parce qu'il a fait de ce sport un art, un spectacle à regarder. En joueur actuel, Joel Embiid, pour la marge de progression.

 

- Une devise/citation qui t'inspire ?

 

"N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi"

A la rencontre de Thomas G., coach EBC

 

 

- Salut Thomas, raconte-nous ton passé basket (entraîneur et/ou joueur) en quelques phrases.

 

Comme beaucoup, je suis arrivé à Eiffel par la proximité du club avec mon habitation. Mon premier coach a été Jean François Mulon (créateur du club). J'ai fait une bonne partie de mes 7 ans à Eiffel de Minimes à Seniors dont une année en région avec lui, avant de partir jouer en région ou en N3. Sylvie Dondrille a pris la gérance du club pendant une bonne période et m'a donné la chance de coacher avec à la clé plusieurs titres en U13 division 2, 1 titre en Cadets et 2 fois deuxième en U15 division 1. Cindy Pruvost a pris le relais et je poursuis avec les U13 après avoir entraîné 3 ans les Seniors avec une seconde place à la clé (big up à eux).

 

- Qu'est ce que tu aimes en particulier à Eiffel ?

 

Un club familial, qui cherche à progresser et à faire progresser la vie associative de quartier en étant compétitif.

 

- Ton objectif pour la fin de saison ?

 

Faire dans les 2 premiers de division 2 avec une préférence pour la première place afin de récompenser le travail des gars !

 

- Des points de satisfaction jusqu'à maintenant ?

 

Un groupe solidaire, combatif et intelligent (enfin presque tout le temps).

 

- Des choses que l'équipe doit encore bosser dans les semaines à venir ?

 

Tout est à travailler tout le temps !

 

- Un(e) coach connu(e) qui t'inspire ?

 

Ettore Messina et Vincent Collet !

 

- Un(e) joueur/joueuse connu(e) que tu adorerais coacher ?

 

Goran Dragic.

 

- Une devise/citation qui t'inspire ?

 

"Tu ne fais pas des requins avec des dauphins" Laurent Sciarra

A la rencontre de Fabrice, coach EBC (à droite sur la photo)

 

 

- Salut Fabrice, raconte-nous ton passé basket (entraîneur et/ou joueur) en quelques phrases.

 

Je suis arrivé à Eiffel depuis 2007 grâce à Thomas Gualandris avec qui je suis le plus ancien du club (a priori). J'ai commencé le basket à l'été 92, l'année de la Dream Team qui a suscité tant de vocation basket à l'époque. Tous les jeunes s'y étaient mis, c'était incroyable. La passion du basket ne m'a plus jamais quitté. Après de nombreuses blessures (encore cette année ligament croisé antérieur genou droit), j'ai pris le coaching de l'équipe 2 sénior d'EBC. C'est une suite logique après avoir été meneur et capitaine de l'équipe plusieurs saisons.

 

- Qu'est ce que tu aimes en particulier à Eiffel ?

 

Dans toutes les catégories, l'esprit est bon enfant, famille et réfléchi.

 

- Ton objectif pour la fin de saison ?

 

Après nos 2 dernières victoires contre des adversaires mieux classés que nous, nous pourrions accrocher la 3ème place en espérant une erreur des 3èmes actuels (que nous venons de battre). Habituellement, les 3 premiers montent donc rien n'est perdu !

 

- Des points de satisfaction jusqu'à maintenant ?

 

Après avoir digéré les systèmes en seulement 3 mois, nous sommes passés à du jeu libre pour monter en intensité. L'équipe a formidablement réagi et la balle circule hyper bien. Il n'est pas rare de voir de 8 à 10 passes avant un shoot complètement ouvert qui fait filoche. C'est du beau basket très satisfaisant. Et tous les joueurs sont contents de jouer ensemble.

 

- Des choses que l'équipe doit encore bosser dans les semaines à venir ?

 

Encore quelques pertes de balle quand l'intensité adverse monte et quand nous tombons contre des presses tout terrain (zone presse ou défense individuelle tout terrain).

 

- Un(e) coach connu(e) qui t'inspire ?

 

Gregg Popovich, naturellement.

 

- Un(e) joueur/joueuse connu(e) que tu adorerais coacher ?

 

Kahwi Leonard.

 

- Une devise/citation qui t'inspire ?

 

Eiffel, Eiffel, Eiffel !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eiffel Basket Club